Loading...
You are here:  Home  >  Villes et Villages  >  Current Article

Le poulpe asphyxie la ville de Nouadhibou

By   /  décembre 13, 2018  /  No Comments

    Print       Email

 

Après trois semaines d’immobilisation des piroguiers (jusqu’au 7 décembre), ajoutées à l’arrêt biologique d’un mois pour la pêche artisanale et qui devait prendre fin depuis le 15 novembre dernier, les pêcheurs artisanaux ont repris le chemin de la mer. Cet arrêt forcé qui a fait que pour la première fois l’arrêt biologique pour la pêche artisanale a duré près de deux mois est provoqué par la mévente de près de 4000 tonnes stockées encore en attendant que la SMCP trouve un acheteur prêt à payer les montants demandés à savoir combien la tonne. Il faut rappeler que les principaux acheteurs les japonais et les européens ne sont pas arrivés à retrouver un terrain d’entente avec la SMCP pour écouler ce produit La mévente du poulpe mauritanien a provoqué une crise financière au niveau de la ville de Nouadhibou ainsi que dans d’autres localités de l’est où la plupart de la M.O poissonnière provient de ces contrées. C’est le poulpe qui fait respirer la ville. Aujourd’hui celle-ci est asphyxiée. D’ailleurs plusieurs manifestants des pêcheurs ont montré leur ras le bol la semaine passée et ont demandé les autorités concernées de trouver vite une solution à ce malaise.
La première des solutions, avant la vente du stock, est d’arriver à stabiliser les prix du poulpe car c’est leur moyen de subsistance. Dans ce cadre, la SMCP en collaboration avec le MPEM sont entrain de voir comment exaucer cette demande. Le MPEM a envoyé à Nouadhibou son directeur de la coopération et une série de réunions se sont déroulées dans les locaux de la SMCP afin de voir les voies et moyens de régler ce problème. Et des observateurs parlent depuis ce lundi 10, après trois jours de chasse au poulpe, de la réussite du plan concocté par l’action bilatérale (SMCP-MPEM).
Les pêcheurs auraient vendu à quai leur produit à 300 MRU (3000 UM le kg). Ceux avec qui nous avons parlé espèrent que ce prix ou plus mais pas en deçà continue car ils savent qu’à tout moment les usiniers peuvent leur planter un couteau dans le dos en refusant leur produit pour casser les prix.Mais si les pouvoirs publics veulent bien les protéger en leur garantissant une fourchette de prix acceptable les acheteurs ne peuvent qu’accepter. Aussi, les pêcheurs attendent la promesse donnée par la SMCP de leur octroyer des liquidités en attendant la vente du poisson. D’après nos sources, ils sont pessimistes car ils ont déjà engrangé en moins d’une semaine de pêche près de 1 milliard 540 millions d’anciens ouguiyas pour 500 tonnes de poulpe. Voilà, grosso modo, ce qui se déroule dans nos mers d’aujourd’hui au moment où on déclare l’ouverture ce lundi 10 décembre à Nouakchott des travaux de la commission mauritano-européenne de pêche. Celle-ci se déroule périodiquement et à tour de rôle entre les deux capitales Bruxelles et Nouakchott.A l’ordre du jour de ces travaux le débat autour des perspectives d’exécution du protocole d’accord de pêche entre la Mauritanie et l’Union Européenne. Celui-ci s’achève aux environs de juillet de l’année prochaine.

    Print       Email
  • Published: 7 mois ago on décembre 13, 2018
  • By:
  • Last Modified: décembre 13, 2018 @ 1:56
  • Filed Under: Villes et Villages

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

You might also like...

Présidentielle 2019 : Seydou Nourou Ba intègre la Cena

Read More →