Loading...
You are here:  Home  >  Fait Divers  >  Current Article

Double assassinat à la Rue Carnot : Le parquet requiert le renvoi de Lamine Dabo devant la Chambre criminelle

By   /  novembre 8, 2018  /  No Comments

    Print       Email

Libération révèle que le Procureur de la République vient de prendre un réquisitoire définitif aux fins de mise en accusation de prise de corps et de renvoi devant la Chambre criminelle contre Lamine Dabo, né le 17 janvier 1995 à Marsassoum, pour assassinat sur les personnes de Aissam Fawaz et Wilhelm Klinger. Il risque la perpétuité pour ce double crime qui avait secoué le Centre ville. Révélations exclusives.

Si le doyen des juges suit à la lettre le réquisitoire du Procureur de la République, c’est devant la Chambre criminelle que va se jouer le sort de Lamine Dabo soupçonné d’avoir planifié et tué Aissam Fawaz et Wilheim Klinger. Pour le ministère public, il ne fait aucun doute qu’en pénétrant dans l’immeuble des victimes dans la nuit du 5 au 6 février 2016, Lamine Dabo s’était préparé à les exécuter. Et les multiples coups de couteau assénés à Fawaz et Klinger confirment que l’intention de tuer était réelle.

Cette fameuse nuit-là, vers 23 heures, les éléments de la Sûreté urbaine (Su) de Dakar recevait une information faisant état de la découverte de deux corps sans vie dans un immeuble situé en face de l’hôtel Pullman. Transportés toutes activités cessantes sur les lieux, les enquêteurs constataient que les faits ont eu lieu dans un immeuble R+5 situé sur la Rue Carnot en face de l’établissement hôtelier. Ayant établi un périmètre de sécurité, les éléments de la police scientifique et technique ont découvert dans la salle à manger, au seuil de la première porte d’entrée, le premier corps sans vie d’un individu de sexe masculin qui s’est révélé être un Libanais nommé Issam Fawaz. Progressant dans l’appartement, les experts ont découvert le second corps sans vie d’un autre individu de sexe masculin, le type européen qui s’est révélé être Wilhem Klinger, retrouvé couché sur le dos, le visage ensanglanté. Les deux corps ont été retrouvés au niveau du cinquième étage dans un appartement composé d’un salon avec espace salle à manger, deux toilettes, deux chambres et une cuisine américaine.

Une scène de crime comme dans un film d’horreur

L’examen externe des corps a permis de déceler sur la victime Issam Fawas une blessure au niveau de la tête dont l’entaille mesurait 3 cm; une blessure au niveau de l’épaule gauche dont l’entaille mesurait environ 5 cm; quatre autres blessures au niveau de la poitrine dont les entailles mesuraient respectivement 3,6 cm; 4 cm et 5 cm. Au total, les enquêteurs ont constaté sur le corps de la victime Issam Fawaz sept blessures sur différentes parties.

Le second corps sans vie, celui de Wilhem Klinger; né le 21 juillet en Autriche a été retrouvé couché sur le dos, le visage maculé de sang, les bras tendus à même le sol, les jambes allongées avec un léger fléchissement. L’examen externe du corps permettait de constater cinq blessures au niveau de la poitrine. Les enquêteurs ont pris des vues photographiques ainsi que des prélèvements de taches de sang ont été effectués sur les deux corps et sur la scène des deux crimes aux fins de profilage Adn. Toutefois aucune trace d’effraction n’a été relevée, les traces de jaillissement de sang laissent montrer une lutte ou entre autres une bagarre entre l’assaillant les victimes. Toujours dans le cadre de l’enquête, les policiers faisaient ressortir que les deux victimes avaient un projet en commun dénommé « Appartements luxueux de Dakar ».

L’exploitation des téléphones et Ipad de Klinger a permis de constater des images de nudités à tendance homosexuelle et des messages allant dans ce sens. Des réquisitions ont été envoyées aux opérateurs aux d’identifier ses interlocuteurs.

Entendu sur Pv, Nabila Y.C déclarait que ses employeurs Fawaz et Klinger étaient partis, comme d’habitude, dîner aux environs de 21 heures 45 au moment où elle se trouvait à la terrasse. Il ajoutait, es qualité de témoin oculaire et auditif que les victimes ont été la cible d’un assaillant qui leur a administré plusieurs coups de couteau au moment où il sortait lui des toilettes. Ayant pris peur, il s’est enfermé à double tour dans la salle de bain.

Poursuivant les enquêteurs ont interrogé le 9 février 2016 Bouba S. qui soutenait ne pas connaître l’adresse des victimes. Il ajoutait s’être rendu au magasin d’une des victimes, situé en bas de l’immeuble, pour acheter des habits. Mis devant des témoins oculaires sur l’effectivité de sa présence sur les lieux du crime, il finissait pas l’admettre soulignant connaître le meurtrier qui serait un certain Lamine Dabo, domicilié à Sacré-Coeur. En sa compagnie, un transport subséquent effectué sur les lieux permettait aux enquêteurs de la Su d’interpeller Lamine Dabo, le 13 février 2016. Entendu sous le régime de la garde à vue, Dabo commençait à contester les faits avant de les reconnaître.

Comment Lamine Dabo a été intercepté

Après avoir déclaré avoir connu ses deux victimes grâce à Boubacar S., il précisait que le vendredi 5 février 2016, aux environs de 21 heures, il s’était rendu au domicile de Wilhelm Klinger connu sous le nom de « Willy » pour lui rappeler sa promesse de lui trouver du travail ou de le faire voyager aux États-Unis. À son arrivée au cinquième étage, alors que Willy était absent, il s’est dirigé vers la terrasse où il a trouvé Boubacar S. en compagnie du gardien. Il rapportait qu’après une attente de trente minutes, Willy l’a invité à venir dans son appartement et qu’une fois à l’intérieur celui-ci commençait à le caresser et avait manifesté son désir d’entretenir avec lui des actes contre nature ce qu’il refusa avant de lui asséner plusieurs coups de couteau. Il soutenait qu’il voulait se venger contre Willy qui l’aurait violé au mois de novembre de la même année après lui avoir fait boire de l’alcool. Quant à l’autre victime Aissam Fawaz, il affirmait l’avoir juste rencontré à l’entrée de l’appartement avant de lui asséner plusieurs coups de couteau. Le mis en cause soulignait avoir jeté l’arme du crime, un couteau, sur le chemin de son domicile avant de se débarrasser de ses habits tachetés de sang. Les recherches effectuées par les enquêteurs n’ont pas permis de trouver l’arme du crime mais aussi les habits tachetés de sang.

Mis en examen pour assassinat, Lamine Dabo reconnaissait certes les faits, mais soulignait n’avoir aucune intention de donner la mort à ses deux victimes. L’inculpé déclarait ignorer le nombre de coups qu’il avait administré à ses victimes et soutenait qu’il était inconscient. Il arguait devant le magistrat instructeur avoir répliqué à une attaque dirigée contre lui par ses victimes ce qui l’a conduit à riposter.

Devant le juge, il avoue encore mais parle de légitime de défense

Interrogé comme témoin, Kafir A. déclarait avoir été recruté en premier lieu par Aissam Fawaz avant qu’il ne le mette en rapport avec Wilhelm Klinger. Il soulignait que les victimes habitaient dans le même immeuble, respectivement au troisième et au cinquième étage. Le témoin rapportait avoir été informé téléphoniquement des faits et arrivé sur les lieux il ne pouvait pas accéder à l’immeuble du fait de la présence des policiers. Toutefois, il précisait que les faits ont eu lieu dans l’appartement de Wilhelm au niveau du cinquième étage en soulignant avoir eu à procéder au nettoyage des lieux où il a constaté du sang sur le tapis et un peu sur le mur. Le témoin Marcelle F., employé de Fawaz, déclarait avoir été informé des faits par le nommé Omar, chauffeur de Wilhelm au moment où il se trouvait à Dieuppeul. Entendu à son tour Joseph D. déclarait que les deux victimes habitaient le même immeuble et recevaient par jour beaucoup de visiteurs essentiellement des garçons âgés entre 15 et 25 ans. Il expliquait que la nuit des faits vers 21 heures 30 minutes les victimes, en compagnie d’un jeune d’une forte corpulence, de teint noir, sont revenus de l’immeuble et qu’à son départ il a été alerté par Julie M., habitant au quatrième étage sur le même pallier qu’Aissam Fawaz, de ce qu’elle avait entendu du bruit au niveau du cinquième étage. C’est sur ces entrefaites qu’il a trouvé le premier corps.

    Print       Email
  • Published: 1 semaine ago on novembre 8, 2018
  • By:
  • Last Modified: novembre 8, 2018 @ 5:23
  • Filed Under: Fait Divers

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

You might also like...

Double meurtre de Domondir: « Je les ai égorgés avec ma machette»

Read More →